J’ai toujours eu de la difficulté à trouver ce que je voulais faire dans la vie. J’ai commencé à chercher à 13 ans et je n’ai jamais réellement trouvé. Ça m’a toujours embêtée de devoir choisir un seul domaine et de l’associer à une formation. Des fois, je regardais le descriptif d’un programme et ça avait l’air bien, mais je ne voyais pas ce que je pouvais faire comme emploi. D’autres fois, j’avais un emploi en tête, mais il m’était impossible de trouver quelle était la formation reliée ou bien je devais déménager loin…

 

Trouver sa voie est un casse-tête et la société ne nous aide pas. Notre famille et la société nous parlent du travail comme d’une finalité. Tu trouves ton domaine, tu étudies là-dedans, tu trouves un emploi, tu y restes jusqu’à ta retraite. Voilà ta vie professionnelle. Je ne sais pas pour toi, mais moi ça me donne des boutons. Quand j’ai regardé le vidéo Pourquoi certains d’entre nous ne disposent pas d’une véritable vocation d’Emilie Wapnick, que j’avais partagée sur ma page Facebook au mois d’août, ça a changé ma façon de voir les choses. Elle parle des gens qui ont plusieurs intérêts et qui sont multipotentiels. Écoute-le, moi ça a changé ma vision de moi-même.

 

Selon moi, le marché du travail va devoir s’adapter aux générations qui arrivent. Il tend à changer. Sans vouloir généraliser, ma génération et les suivantes ne se voient pas travailler 20 ans au même endroit et toujours faire la même chose. Cela va amener les entreprises à modifier leurs façons de faire pour en offrir plus. J’ai vu certaines entreprises offrir des milieux de travail plus invitant : garderie sur place, gym, salle de pause avec table de billard, etc. Sherweb, une entreprise à Sherbrooke, a même installé une glissade pour descendre un étage plus rapidement. Je ne sais pas pour toi, mais je trouve que ça met de la vie et que ça enlève le côté sérieux et lourd du travail. Plusieurs autres modifications ont été apportées pour fidéliser le plus possible leurs employés. D’autres endroits au Québec suivent le pas tranquillement pas vite. Pour moi, ça représente l’avenir du milieu professionnel. Nos générations veulent un endroit sympathique où travailler. Pourquoi pas un horaire flexible ou du télétravail (travailler parfois ou toujours à partir de la maison)? C’est prouvé qu’un employé qui a de bonnes conditions de travail (et je ne parle pas du salaire ici) va être plus productif.

 

Je me suis un peu égarée pour dire que le marché du travail ne m’interpelle pas. En plus d’amener une pression de trouver un emploi et d’y rester, je trouve qu’il correspond peu à ce que l’on recherche maintenant aujourd’hui. Quand est-ce que les dirigeants d’entreprise vont comprendre qu’il est gagnant aussi pour eux d’offrir de bonnes conditions de travail à leurs employés? Reste qu’aujourd’hui encore, on ressent une pression de trouver sa voie. On la ressent venant de notre famille qui lève les yeux quand on dit qu’on change de domaine, aux commentaires qui émergent quand on dit qu’on n’est pas heureux au travail… L’école est un bon exemple. On nous présente encore notre futur professionnel comme un menu au restaurant. Voici les choix, pige là-dedans. On ne sait pas toujours où la formation va nous mener, ni même si l’emploi va correspondre à nos intérêts et nos besoins. On ne nous présente pas tous les choix. Personne ne nous parle d’entrepreneuriat alors qu’il y a de plus en plus de gens qui lancent une entreprise pour être travailleurs autonomes ou pour démarrer des projets.

 

Si tu stresses pour trouver ta voie, j’ai envie de te dire plusieurs choses. Malgré ce que les gens vont te faire sentir, tu peux changer de domaines aussi souvent que tu le désires. Tu peux créer des projets, te lancer dans des idées, collaborer avec des gens, essayer des choses… Tu vas peut-être être vu comme quelqu’un d’excentrique, mais l’important c’est d’être heureux dans ce qu’on fait. Enlève cette pression de devoir choisir et trouver ce que tu veux faire. Peut-être vas-tu prendre un domaine que tu vas aimer du premier coup et où tu vas rester toute ta vie, ou pas du tout. Est-ce dramatique de changer? Non. Tu te développes de nouvelles habiletés. En plus, tu gardes du dynamisme pour ce que tu fais ce qui est autant gagnant pour toi que pour ton boss. On passe vraiment beaucoup de temps au travail, alors vaut mieux y être moindrement heureux.

 

Trouver sa voie, si vraiment on en a une, amène du stress et de la pression. Je crois que plutôt que de chercher sa voie, vaut mieux trouver un emploi qui nous rend heureux au moment où on y travaille. C’est un objectif beaucoup moins élevé, et ça t’offre la possibilité de faire autre chose sans culpabilité. La finalité de la vie, ce n’est pas d’avoir un emploi stable. Le but d’une vie, c’est de se développer comme personne et de vivre des expériences agréables le plus possible. Pourquoi se faire souffrir à rester dans un emploi qui nous rend malheureux? Tu le fais pour qui?

 

Bref, pour éliminer la pression, arrêtons de chercher absolument à trouver notre voie. Vivons des expériences, soyons qui nous voulons être et où nous voulons être.

 

Qu’est-ce que tu en penses? Ressens-tu une pression de devoir trouver ta voie?

 

Tu veux lire d’autres articles du blogue?

Tu ne sais plus où tu en es profesionnellement?

Difficile de me décrire en peu de mots… Un brin de folie, une parcelle de joie de vivre, une curiosité démesurée et une volonté d’aider pourraient me décrire rapidement. Bachelière en travail social, j’ai eu envie de sortir des sentiers battus et de créer mon propre chemin. C’est ainsi qu’est né Leader du bonheur, un blogue qui met de l’avant notre possibilité comme femme de nous réaliser et de créer notre petit bonheur. J’y travaille tous les jours et j’ai le goût qu’on vive tout ça ensemble via le blogue et la page Facebook. Sur ce site, tu retrouveras une grosse partie de moi : de la folie, une volonté de se donner la force de réussir, une curiosité de découvrir (découverte de soi, mais également découverte d’une multitude d’activités!!) et du partage en masse! Participe et amuse-toi!
Annick Beauchemin ♥

#104 - An access token is required to request this resource. Here are some possible solutions to fix the error.